SOUVENIRS

Cette page est la vôtre!

Si vous avez un souvenir de Chesley, une anecdote, remplissez le formulaire ci-dessous et nous mettrons en ligne votre message.

Merci !!

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

Formulaire reçu.

CHESLEY

Site officiel de la mairie de Chesley (10)

LE CHATELIER

Historique extrait du registre des délibérations années 1923 à 1959 et dossier projet groupe scolaire, logements instituteurs et mairie 1943 à 1953.

 

Août 1943,

courrier au Préfet faisant référence à deux projets de construction

1) nouveau cimetière

2) groupe scolaire + terrain de sport

De ces deux projets, le premier est considéré le plus urgent en raison de la saturation du cimetière autour de l’église.

Décembre 1943,

lettre au Préfet l’informant de l’évaluation de la dépense de 1 400 000 Francs pour la construction de deux classes de 40 élèves chacune, une classe enfantine de 20 élèves, trois logements pour les maîtres (logement comprenant quatre pièces, une cuisine, une salle de bains et une cave), un préau pour chaque classe, deux garages, deux bûchers, waters, buanderie, douches pour les enfants des écoles, une nouvelle mairie avec trois pièces : une grande salle, une pour les archives, une pour le bureau du secrétariat.

En juillet 1946,

une donation de terrains (35ares 52) est faite suivant acte reçu par M° Jean Cantat, Notaire à Chesley, à condition d’y construire un groupe scolaire, donation acceptée par le conseil municipal. D’autres petites parcelles voisines seront ensuite acquises ; ce qui représente aujourd’hui le terrain de sport-tennis et la propriété du 8 rue Pingron (ancienne perception).

Le 15 septembre 1949,

délibération du conseil municipal pour la désignation d’un architecte chargé d’établir le projet : MM Robert Frères, 5 rue Pierre Gillon à Troyes.

Le 16 juillet 1951,

courrier du Préfet informant que le Ministre de l’Education Nationale a décidé d’agréer MM Robert Frères, architectes proposés par la commune pour l’étude et la réalisation du projet de construction d’un groupe scolaire, comme suite à la délibération du 15 septembre 1949.

L’étude avait néanmoins été lancée car des plans datés du 21 novembre 1950 figurent dans les archives.

Le 17 octobre 1951,

lors d’une séance du conseil municipal, les plans et devis sont examinés pour la décision définitive de ce projet. Après examen des documents, par souci d’économie, il est décidé de retirer la mairie du projet, de poursuivre celui du groupe scolaire et lorsque celui-ci serait construit, l’ancienne classe contiguë à la mairie, sise 2 rue aux ânes, pourrait être transformée en salle de réunions.

Première estimation 16 178 400 Francs

 

A la séance du 27 mai 1952,

adoption définitive du projet :

Nouveau Devis                      33 172 000 Francs

Subvention d’Etat 66%        21 893 520      «

Reste à la commune            11 278 480      «

Après compression des dépenses apportées au devis ci-dessus,  un autre devis s’élevant à 27 757 968 Francs est examiné mais c’est le projet initial qui est retenu soit 33 172 000 Francs car les points supprimés nuiraient à la construction convenable et parfaite d’un tel édifice et qu’il faudrait les reprendre plus tard.

…. Les années passent ….

A la séance du 8 avril 1957,

le maire demande dans le but « d’accélérer » la construction du groupe scolaire, si le conseil accepterait de faire cette construction en préfabriqué ; le conseil décide d’attendre car il préfère une construction plus solide et durable.

Le 26 août 1958,

le conseil municipal décide de relancer le projet du groupe scolaire et propose de se rendre à Auxon pour visiter le groupe en construction.

 

Je n’ai pas trouvé de suite à ce projet qui semblait très novateur, les plans et documents sont conservés dans les archives.

En 2019, seconde tentative d’un projet de ce type, suite ou fin ?

 

INSOLITE

Au fil de la consultation des registres concernant le sujet groupe scolaire, une délibération intéressante pour les finances communales : considérant qu’il serait opportun de fixer un tarif des droits de stationnement, le conseil délibère ce qui suit :

A partir du 1er avril 1955, il sera perçu un droit de 150 Francs par jour et par véhicule automobile pour les stationnements autorisés sur toutes les places et voies publiques.

Les droits de stationnement seront perçus d’avance par jour ou par semaine selon que la location sera faite au jour ou sans durée déterminée.

Bien qu’ancienne, cette délibération est toujours valable car non annulée.

 

A Chesley, le 24.12.2018

Le maire,

Serge BERNARD

 

 

 

 

LE PERROQUET

Journal des écoles de Chesley – 13 numéros de 1975  à 1979

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait du N°1 - déc. 75, la maîtresse Melle Frère

Note classe : Section enfantine – cours préparatoire – cours élémentaire 1

Tête-Noire et Riquet

Au printemps nous sortons les moutons, mon oncle va les garder dans notre pâture.

Riquet le chien exécute les ordres qu’on lui donne sauf si on lui dit de ramener Tête-Noire la brebis dans le troupeau.

Voilà la raison : cette brebis n’est pas comme les autres, elle a un côté de la tête noir et l’autre blanc. Quand elle montre sa face foncée, Riquet ne lui fait rien.

Quand il voit le côté blanc, il se précipite sur elle, aboie, la ramène dans le troupeau puis revient près de tonton.

On dirait vraiment que la brebis commence à comprendre que le chien ne la mord que d’un côté car elle lui présente le plus souvent sa face gauche.

Florence

 

 

Extrait du n° 2 - avril 76

 

Le saviez-vous ?

 

Une kermesse, au profit de la coopérative scolaire, aura lieu le dimanche 6 juin sur le terrain de sport.

De nombreux parents ont déjà promis leur aide, tous les volontaires sont les bienvenus, parents, anciens élèves ou amis de l’école …

Au programme, nous notons déjà : concours de tir, enveloppes surprises, pêche pour les enfants, chamboule-tout, lapinodrome, vente de travaux d’élèves, gâteaux faits par les dames et vendus par part …

Pour les enveloppes surprises, nous aurions besoin de nombreux lots, les enfants passeront chez vous au cas où vous auriez quelques objets à leur donner.

Les stands devant être tenus par des adultes, si vous avez envie d’aider la coopérative scolaire, venez à l’école (classe des grands) le mardi 4 mai à 19h30. Parlez-en à vos voisins, apportez nous vos idées.

Merci d’avance.

 

 LE VOYAGE DE FIN D’ANNEE est fixé au samedi 3 juillet 1976

Versailles : visite du château et du musée de l’automobile.

Thoiry : visite en car dans la réserve africaine, le parc des lions et des ours …

Visites à pied château, vivarium …

 

La pêche

Mardi après-midi, je suis allé à la pêche avec Jean-Marc.

Nous avons mis nos bottes puis chacun a pris une boîte, un petit seau pour mettre les poissons et nous sommes partis sur la route d’Etourvy.

Nous sommes rentrés dans la rivière, nous avions de l’eau jusqu’aux chevilles. Jean-Marc a attrapé deux moutelles avec sa boîte et moi deux petites truites avec la mienne.

Nous avons soulevé plusieurs pierres ; comme il n’y avait plus de poissons, nous sommes rentrés à la maison.

Nous avons passé un bon après-midi au soleil.

Noël

 

 

Extrait du n° 3 - juin 76

 

Notre kermesse

 

- Qui a gagné le carillon ?

- C’est Monsieur Pion

Qui a su estimer le poids du mouton.

 

- Et le barbecue ?

- C’est Monsieur Protin

Qui au tir fut classé premier.

 

- Et le service à fondue ?

- C’est Monsieur Gras

Qui aux boules a marqué le plus de points.

 

- Et la poupée ?

- C’est Agnès

Qui a su la prénommer.

 

- Qui remercions-nous ?

- Toutes les personnes qui ont donné des lots,

Qui ont fait des dons ou des gâteaux,

Qui ont installé ou tenu les stands,

Tous les visiteurs.               MERCI A TOUS.

CE 2 – CM

 

 

Extrait du n°4 – nov. 76,  la maîtresse Mme Lagoguey

 

Mon cheval

 

Pendant les vacances, maman a acheté un cheval de selle. Il s’appelle Jongleur. Son pelage marron est si doux que j’aime le caresser.

Tous les soirs, avec papa, je lui porte sa nourriture : un peu de foin, du blé aplati et de la paille. Une pierre de sel est attachée à un piquet, il la lèche de temps en temps ; je vais souvent le voir dans son pré et je lui donne un morceau de pain ; je lui fais même une bise sur le « bout du nez ».

Nathalie

 

 

Extrait du n°5 - janv. 77

 

Les mésanges

 

Pendant les vacances,

J’ai construit un nichoir pour les mésanges.

 

Je leur ai mis du lard

Dans une boîte à pilchards.

 

Je leur ai suspendu une mangeoire

Mais elle leur sert de perchoir.

 

Le matin, elles viennent de bonne beure,

Toutes à la même heure.

 

Le midi sur le noyer,

Je les entends gazouiller.

 

Le soir je suis un peu déçu

Car elles ne chantent plus.

Yves

 

 

Extrait du n° 6 -  mars 77

Cherche les nombres qui manquent ici

 

  2       .          .        4      10

  4       .         3         .      10

  3       .         4         .      10

  1       4        2         .      10

10     10      10      10     10

 

 

Truc pour les faibles en math. !

 

Un jour, le maître interroge Jean sur la table de multiplication par 9.

Mais Jean ne s’en souvient plus.

Moi, j’aurais su comment recomposer cette table.

Voici comment je procède.

Je dispose d’abord tout ce qui est écrit en rouge, 9x1 et 9x10 sont très faciles, je les note donc aussi.

Ensuite, j’écris les chiffres bleus de 1 à 8 en descendant puis à côté les chiffres verts de 1 à 8 en remontant.

Maintenant, la table des 9 est complète.

9 x 1 =     9

9 x 2 =   18

9 x 3 =   27

9 x 4 =   36

9 x 5 =   45

9 x 6 =   54

9 x 7 =   63

9 x 8 =   72

9 x 9 =   81

9 x 10 = 90

Annie

 

 

Extrait du n° 7 - juin 77

 

Notre voyage  Vosges  Alsace  11 juin 1977

Les cigognes

 

Les cigognes, considérées comme des oiseaux porte-bonheur, sont de moins en moins nombreuses. Chaque année au faîte des maisons, elles regarnissent leur nid de branchages, de terre ou de sarments de vigne. Un nid pèse 300 à 400 kg, il atteint 1,50m à 2m de diamètre et 60cm à 1m de hauteur.

Les cigognes se nourrissent de lézards, de souris, de serpents, de taupes et d’insectes. La cigogne pond 3 à 6 œufs qu’elle couve pendant trente-trois jours. Le cigogneau commence à voler dès l’âge de trois semaines. Il existe en Alsace quelques enclos où sont élevés des cigogneaux importés d’Algérie ou du Maroc, ceci pour essayer de repeupler la région.

Alida, Laurence, Noël

 

- Quelle différence y-a-t-il entre un serveur de café, un voleur, un grain de blé et la politique ?

 

Réponse : le serveur de café fait l’addition, le voleur la soustraction, le grain de blé la multiplication et la politique la division.

 

 

Extrait du n° 8 -  déc. 77

 

Histoire drôle

 

Un jour, le maître demande à un de ses élèves : « Quelle est la partie la plus importante d’un couteau ? »

Cet élève répond : « je ne sais pas ».

Le maître lui demande alors de quelle partie du couteau se sert le plus souvent son papa ;

L’enfant répond : « du tire-bouchon, M’sieur ».

Thierry B

 

 

Extrait du n° 9 - mars 78

 

La montgolfière

 

Le premier ballon français qui réussit à monter dans les airs, il y a deux cents ans, s’appelle une montgolfière. Les premiers passagers furent un mouton, un coq et un canard.

Cette montgolfière a été construite par les frères Montgolfier. Cela se passa à Versailles le 19 septembre 1783.

L’aérostat était fait de toile doublée et gonflée d’air chaud ; dans un brasier suspendu par un fil de fer à l’extrémité inférieur du ballon brûlaient de la paille et de la laine pour maintenir l’air de l’enveloppe à une température élevée.

 

 

Extrait du n° 10 -  juin 78

 

La fête au village

Dimanche 28 mai, c’était la fête au village. Presque chaque famille avait invité des amis : c’est l’occasion de faire un bon repas. Ensuite, chacun est heureux de se retrouver sur la place autour des forains. Les enfants au manège et aux auto-scooters et les grandes personnes au bal. Pendant ce temps les parents et grands-parents discutent joyeusement.

Les porte-monnaie des enfants se vident vite et ils viennent demander en quête près des parents. Le lundi, les manèges tournent toujours et quelques mamans sont là pour surveiller les petits.

Avec le beau temps, je pense que les forains ont fait une belle recette, en somme une bonne fête pour tous.

Agnès

 

Le foin

Dimanche, nous avons rentré cinq remorques de foin et nous avons monté les bottes au grenier. Nous avons mis du sel gris dessus pour ne pas qu’il s’échauffe. Le lendemain, papa et mon oncle sont repartis au foin, ils ont mis l’élévateur dans le même grenier mais pas dans la même fenêtre.

Fabienne

 

Devinettes

-  Je commence la nuit et je finis le matin, qui suis-je ?

-  Avec quelles lettres peut-on construire une tour ?

- Quel est le mot français qui renferme le plus de n ?

 

Réponses

- La lettre N

- F L  Eiffel

- Centaine

 

 

Extrait du n° 11 -  déc. 78

 

L’avion

 

Un jour, mes grands-parents m’ont emmené à une fête aérienne. Mon grand-père m’a proposé de faire un tour d’avion.

J’ai hésité quelques instants puis j’ai accepté. En pénétrant dans l’appareil, j’ai été impressionné par une quantité de boutons et de manettes sur le tableau de bord ; cela m’a paru bien compliqué.

Comme le monde semble petit, vu d’avion !

A l’atterrissage, j’étais tout désorienté.

Je suis bien sûr de toujours me souvenir de ce baptême de l’air.

Didier

 

 

Extrait du n° 12 -  mars 79

 

Noël à l’école

 

 Jeudi 21 décembre, nous avons invité les enfants de la petite classe à venir passer l’après-midi avec nous.

Nous avons d’abord joué une petite pièce que nous avions composée nous-mêmes et intitulée : « Où sont mes diamants ? » C’est Annie qui a présenté la scène. Nathalie B, les lunettes sur le bout du nez, tenait le rôle de la sorcière ; Jean-Daniel, celui d’un chat qui gardait des diamants. Yves, Noël et Didier, à demi-masqués, représentaient des voleurs. Fabienne et Valérie, armées d’un pistolet, étaient des gendarmes.

Ensuite, Béatrice et Viviane ont présenté chacune un tour de magie. Béatrice a montré une boule mystérieuse qui pouvait changer de couleur. Viviane a fait pleurer un poignard.

Puis Nathalie N et Sophie ont présenté des devinettes aux petits. Sandrine et Thierry ont organisé un jeu de « pigeon vole » ; les sept participants étaient forts, ils ont tous gagné !

Jean-Claude et Jean-Daniel ont mimé des mécaniciens et Fabienne un laitier. Enfin, Didier a présenté le jeu du miroir.

Monsieur le Maire nous a projeté un film sur la vie d’un petit renard et deux films de Laurel et Hardy. Nous avons bien ri.

Ensuite, ce fut l’heure du goûter ; neuf gâteaux que nous avions apportés ont été appréciés par tous les élèves ; angélique et Gérard, malades, ont regretté de ne pas être là.

Avant de partir, Monsieur le Maire nous a distribué des friandises.

Nous avons vraiment passé un bon après-midi tous ensemble ;

La classe

 

 

Extrait n° 13 – juin 79

 

J’ai trouvé une corne au bord de la route, je voulais lui mettre un sifflet, mais je ne pouvais pas le faire alors maman dit : va voir monsieur Champain. J’y suis allée. Monsieur Champain dit : mais il me manque le sifflet ! Je lui dis : je vais vous le donner ; j’ai pris un sifflet que j’avais gagné à la kermesse. Monsieur Champain a amis le courant et, avec des outils, il a fait un trou dans la corne ; puis après, il a changé d’outils. Il a ajusté le bout de la corne pour mettre le sifflet. Il a essayé de souffler dans la corne. Puisqu’il y est arrivé il a posé le sifflet. Et la corne est terminée.

Christelle CE1

 

 

Notre voyage

Jeudi 17 mai a eu lieu notre voyage scolaire.

Nous avons d’abord visité la fabrique de bonbons Dolis à St-Florentin, ensuite le château de Sully-sur-Loire, le musée de la chasse installé à Gien et enfin le pont-canal de Briare.

Nous avons déjeuné à Sully et dîné à Toucy.

Nos remerciements s’adressent à notre chauffeur, M. Roy.

Thierry

 

Devinette

- Vous savez pourquoi l’opéra est toujours propre ?

Réponse

- parce qu’il y a les meilleurs ballets.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                                                Les correspondants chez nous du 6 au 9 juillet 1981

 

Des élèves de St Julien sont arrivés lundi 6 juillet. Ils sont venus en car et nous ont retrouvés à la salle des fêtes.

                                                                    Lundi après-midi

Après le repas, nous avons fait un parcours d’orientation. Le départ a été donné devant

la maison de M. le Maire. Nous avons pris le chemin de Bas Sainte-Marie

qui nous a conduits au chemin des Vignes Blanches qui, lui, nous a menés au Châtelier.

Nous avons fait le tour de la mare et nous sommes revenus par la route.

Pour nous orienter, nous avions une carte d’Etat-Major et des boussoles. A chaque carrefour,

nous ouvrions une enveloppe, nous lisions l’azimut à prendre sur notre boussole et

trouvions ainsi la direction à suivre.

Nous avons fait une bonne marche et nous sommes rentrés chez nous, tout heureux.

Jacques

                                                                    Mardi matin

La visite d’Etourvy

Nous sommes sortis d’Etourvy, puis nous avons monté la ruelle de Mélisey.

De là-haut, nous avons aperçu : le village, l’église et son clocher et le château d’eau situé au faîte d’une colline.

Plus tard, nous étions à l’église. A l’entrée, nous avons été surpris par le plafond en bois. Nous avons visité la sacristie.

Au cours de notre promenade, nous avons observé les différents jardinages, reconnu les feuilles de carottes, de pommes de terre, de petits pois, d’épinards, de blettes, de betteraves et aussi les différentes cultures : folle avoine, colza, orge d’hiver, blé, maïs …

Nous avons vu et appris des choses intéressantes sur Etourvy, nous connaissions peu ce village et pourtant, nous habitons tout près. Nous nous réjouissons d’avoir participé à cette visite.

Christelle

                                                                              Jeudi

Nous sommes partis à 9h par le chemin du Charmoi, sur la route de Tonnerre, et nous avons retrouvé les élèves d’Etourvy à Chaserey-haut. Puis nous avons pris un chemin qui nous a conduits à la ferme de Binanté chez M. Ménard. Ensuite nous avons suivi la route jusqu’à la ferme de M. Rousseau. Nous avons visité la porcherie puis, sur l’herbe, nous avons mangé une tomate, de l’omelette, une banane et des petits gâteaux. Pour préparer l’omelette, les maîtres ont délimité le feu avec des pierres puis ils se sont servis de sarments de vignes et de branches mortes.

Ensuite nous avons visité la ferme de M. Ménard.

Puis les correspondants sont repartis à 16h et le car nous a déposés à Chesley en passant. Il pleuvait … La rencontre était terminée ;

Eric